INTERVIEW DE THIERRY, CHASSEUR D'AUTOGRAPHES

Interview d'un chasseur d'autographes

Monde des autographes a rencontré un chasseur d'autographes, Thierry, qui a accepté de répondre à nos quelques questions au sujet des autographes et de l'activité de chasseur d'autographe. Découvrez ci-dessous cette interview dans son intégralité...


Monde des autographes : Bonjour et merci de nous accorder de votre temps pour répondre à nos questions. Tout d’abord, pourquoi collectionnez-vous les autographes ? D’où vous est venue cette passion ?

Thierry : J'avais 14 ans et j'accompagnais mes grands parents un dimanche sur la promenade des Anglais. En passant devant l'hôtel Negresco, j'ai vu un panneau indiquant le Festival du CINEMA ITALIEN. J'ai demandé à mes grands-parents l'autorisation d'aller voir ce qui se passait pendant qu'ils s'étaient installés sur un banc. Et ce jour, j'ai été pris d'une fébrilité sans commune mesure en faisant signer mes premiers autographes.

Quel a été le premier autographe que vous avez obtenu ?
Eh bien, j'ai obtenu ce jour là les autographes de Charles Aznavour et Gina Lollobrigida. Lequel en premier, je ne sais plus.

Combien estimez-vous avoir d’autographes aujourd’hui ?
Un jour, j'ai voulu compter. Je me suis arrêté après 2000. Je ne sais pas combien j'en ai mais la réponse est beaucoup.

Quels sont vos plus « précieux », ceux auxquels vous tenez particulièrement ?
Il y en a beaucoup... Orson Welles, Frank Sinatra, Robert De Niro, Jack Nicholson, Sean Penn, Charles Bronson, Anthony Quinn et bien d'autres.

Vous êtes chasseur d’autographes. En quoi consiste exactement cela et combien de temps cela vous prend-il ?
C'est d'abord l'apprentissage de la patience. Ensuite, il faut éduquer son oreille à l'écoute car les informations peuvent être très utiles quand on les saisit au vol. Et surtout, avoir le regard aiguisé pour identifier un maximum de personnalités, notamment dans les lieux comme les aéroports. Le chasseur d'autographes parcourt les festivals, attend aux entrées des artistes, guette les tournages... Quant au temps... C'est bien connu, quand on aime, on ne compte pas.

Aujourd’hui, vous vendez certains de vos autographes, pourquoi ?
Eh bien, j'ai consacré 30 ans de ma vie à cette passion. Dévorante, elle a parfois rendu ma vie pénible car il fallait aussi de la place pour la vie familiale et la vie professionnelle. Comment faire alors ? Eh bien, j'ai choisi de concilier la passion et le travail, j'ai abandonné mon métier et j'ai décidé de faire mon métier de la vente des autographes. Ainsi, je peux penser "autographes" du matin au soir sans me culpabiliser.

 

Qui dit chasseur d’autographes, dit logiquement rencontre directe avec les personnalités. Vous est-il arrivé de vous voir refuser une dédicace ? Quels sont vos meilleurs et vos pires souvenirs de rencontre avec les personnalités ?
Mon pire souvenir : Yul Brynner ! Il était venu célébrer ses fiançailles à Saint-Tropez et le journal NICE MATIN annonçait sa présence pour le week-end. J'en ai donc déduit qu'il repartirait le lundi. Et le lundi, je suis allé à l'aéroport de Nice pour l'attendre. Quand il est arrivé, mon cœur battait à tout rompre. J'avais dans les 17 ans. J'ai attendu qu'il fasse la queue à l'enregistrement pour l'aborder. Et quand je lui ai enfin demandé, il a dit NO et m'a ignoré. J'ai un peu insisté et il a hurlé dans l'aéroport "I said NO". Une photo prise par un ami m'immortalise aux côtés de l'acteur m'ignorant.  Mon meilleur souvenir : j'en ai énormément. Les deux premiers qui me viennent à l'esprit : Clint Eastwood et Charles Bronson. Clint Eastwood, très protégé, très entouré, était impossible à approcher. C'était encore à l'aéroport. Il est passé devant moi sans signer. Il a parcouru une vingtaine de mètres et soudain, il s'est arrêté, a fait demi tour et est venu me poser la main sur l'épaule alors que je commençais à partir. C'était il y a bien longtemps mais aujourd'hui encore, je n'en reviens pas. Charles Bronson a caressé l'image de sa femme sur la photographie que je lui tendais, puis il l'a embrassée.

Que pensez-vous des secrétariats qui signent à la place de certaines personnalités pour répondre aux courriers comme le font par exemple Jean-Paul Belmondo ou encore  Gérard Depardieu ?
Comme le disait un ami collectionneur, lorsque nous achetons une entrée de cinéma, nous ne le faisons pas avec un faux billet. Alors, pourquoi une signature de secrétaire ? Par démagogie. Gregory Peck qui répondait personnellement au courrier des fans a un jour cessé par manque de temps. Au lieu d'employer un secrétaire, il envoyait une lettre pour s'excuser et dire qu'il préférait refuser que demander à quelqu'un d'autre de signer pour lui. Alain Delon ne signe pas non plus et ne l'a jamais fait. Même si les autographes sont très ressemblants, il suffit de comparer avec les signatures obtenues en personne pour s'assurer définitivement que ce n'est pas lui qui répond au courrier. Le comble est qu'il utilise très vraisemblablement aujourd'hui une copie de la signature de son secrétaire sur ses photos signées dans la planche.

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de répondre à ces questions et vous souhaitons une très bonne et heureuse année 2010, remplie d’autographes !

 

 

>> Certains autographes de Thierry sont en vente et vous pouvez consulter sa boutique en cliquant ici.